Nina Bouraoui :: Tous les hommes désirent naturellement savoir

Je me plonge dans le dernier roman de Nina Bouraoui. Il est écrit au dos ce résumé qui m'a donné l'envie... “ J'écris les travées et les silences, ce que l'on ne voit pas, ce que l'on entend pas. J’écris les chemins que l'on évite et ceux que l'on a oubliés. J'étreins les Autres, ceux dont l'histoire se propage dans la mienne, comme le courant d'eau douce qui se déverse dans la mer. Je fais parler les fantômes pour qu'ils cessent de me hanter. J'écris parce que ma mère tenait ses livres contre sa poitrine comme s'ils avaient été des enfants. ”

première page... “ Je me demande parmi la foule qui vient de tomber amoureux, qui vient de se faire quitter, qui est parti sans un mot, qui est heureux, malheureux, qui a peur ou avance confiant, qui attend un avenir plus clair. Je traverse la Seine, je marche avec les hommes et les femmes anonymes et pourtant ils sont mes miroirs. Nous formons un seul cœur, une seule cellule. Nous sommes vivants. ”

© 2018 Les temps sont durs pour les rêveurs